topelementBande verte. Et si… 

Et si la bande verte du centre-ville n’était qu’une expérience artistique offerte à la population?

L’art doit questionner, l’art doit faire réfléchir, l’art doit faire réagir.

L’arrivée sur la place centrale de ces bandes vertes a suscité de nombreuses réactions mêlant des référence à nos valeurs et expériences personnelles (sportives pour les tennismans, Shrek pour les amateurs de films, esthétiques pour les amateurs d’art ou encore technologiques pour les amateurs de montage vidéo). 

Cette réaction quasi instantanée du web est signe d’un intérêt incroyable et les nombreux retours attestent de la force des images. A titre d’exemple, le communiqué officiel diffusé la semaine passée sur le site de la commune, le Nouvelliste, Radio Chablais et les pages facebook de la police de Monthey et de Monthey Tourisme sont passés inaperçus. Le premier constat serait de défendre que nous vivons dans une société « de l’image » et du « jugement spontané »,  source d’un mécontentement général. 

Cependant, revenant aux raisons de l’art (questionner, réfléchir, réagir). 

Quelles réponses donnerions nous après le jugement spontané du « j’aime / j’aime pas » lié à une « tradition du bitume noir »? Si nous étions habitués aux routes vertes-fluo, la modification de ce tronçon serait passée inaperçue, non?

Qui aurait posé la question des contraintes des routes cantonales, tant par les aménagements (dos d’ânes) que par leur couleur? Qui serait passé en moto sur la couleur avant de juger que la couleur est glissante, sachant que les peintures actuelles offrent la même adhérence que les bitumes phonoabsorbants? Qui a poussé ces réflexions, dans quels domaines et jusqu’à quel niveau? 

La culture rejoint ici l’éducation et les bases civiques du vivre ensemble. Se poser ces questions, même sans avoir de réponse, c’est y répondre. C’est surtout avoir une ouverture d’esprit, de la tolérance et du respect pour les gens qui cherchent des solutions au problème exposé (réduction de vitesse sur la place, tenant compte des contraintes légales).

Cette expérience artistique me convainc totalement. L’éducation et la culture doivent être au centre de nos priorités pour défendre les bases de notre vivre-ensemble : l’art comme moteur de l’ouverture d’esprit, du respect et la tolérance.

Vous l’avez compris, l’arrivée de cette bande verte m’a bien fait marrer, et à la refaire, je dis oui! 

Amateurs de photoshop, à votre imagination! Emparez-vous de ce nouveau centre-ville et diffusez-le loin à la ronde sur le net! Les montheysannes et montheysans s’en chargeront lors des prochaines manifestations, dans le Bout’rions et sans aucun doute lors du prochain Carnaval ! 

A très bientôt!

bande_coree

Et si on faisait une rue multicolore? 🙂 Exemple en Corée du sud 🙂